Anaïs Leblon

Le patrimoine pastoral au prisme de la décentralisation politique

Les fêtes du yaaral et du degal au Mali

Géographie et culture, n°79, pp. 11-28, 2011

Voir en ligne

Résumé

Cet article à partir de l’ethnographie de la patrimonialisation de fêtes de transhumance peules dans Delta intérieur du Niger par l’État malien aborde le processus de requalification patrimoniale comme une déclinaison locale des rapports entre l’État malien (et son administration) et le monde pastoral au moment où la décentralisation est effective. Les usages et les objectifs du classement ƴaaral et du degal à la liste des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’UNESCO seront interrogés à partir d’une analyse des interactions entre des procédures concrètes d’application du processus de décentralisation politique et des pratiques ordinaires du pastoralisme dans le contexte spécifique du Mali contemporain. Les réformes en cours sur le statut des jowro (responsables d’un groupe de transhumance) et des territoires pastoraux dont ils ont la charge servent d’exemple pour dénouer l’imbrication des arguments politiques, écologiques et identitaires du programme de patrimonialisation de ces institutions de gestion des ressources pastorales du Delta intérieur du Niger. La patrimonialisation des fêtes engagée par la DNPC n’est pas directement remise en question par les groupes de transhumance du Delta, mais le ƴaaral et le degal et par extension, l’organisation pastorale deltaïque ainsi que les images et les discours qu’elles supportent, en tant qu’objets patrimonialisés sont réinterprétés, recyclés, réinventés dans le nouvel espace politique créé par la décentralisation et les réformes qui l’accompagnent.