Jérôme Boissonade

Testing urban forms : City, control and « urban violence » in France

(avec O. Ratouis), in J. Flint (coord.), Housing and Anti-social Behaviour, Bristol, Policy Press, 2005, pp. 281-300

Le “réalisme” économique et politique de ces vingt dernières années, a vu grandir une approche des phénomènes d’ordre public en terme de délinquance juvénile. Les groupes de jeunes déviants ne sont pas un phénomène nouveau en France, mais l’urbanisation massive qui a accompagné le développement du pays, a changé la nature de ces regroupements, disséminés dans les cités d’habitat social en périphérie. La “politique de la ville” s’est territorialisée, visant à la fois une réforme de l’Etat central et une résidentialisation de l’espace commun. En passant de “l’insécurité” aux “incivilités”, nous avons semble-t-il évolué dans le même temps d’une société disciplinaire vers une société de contrôle. Désirant extirper tout frottement dans la vie sociale, cette logique sécuritaire nie la dimension mobilisatrice des contacts sociaux, même conflictuels.

Texte intégral accessible dans HAL SHS