Lacroix, Guillaume


Envoyer un message

Doctorant en études urbaines, urbanisme et aménagement 
Sous la co-direction de Philippe BONNIN et Jérôme BOISSONADE
Urbaniste et consultant dans une société d’ingénierie française

Thèse

Titre provisoire
Les experts en développement durable. Une sociologie croisée de l’émergence d’un territoire professionnel dans la fabrique de la ville et des appropriations hétérogènes de la durabilité.

Résumé
L’ingénierie urbaine constitue le champ d’activité d’un ensemble hétéroclite de professionnels spécialisés dans la fabrique matérielle et symbolique de la ville : architectes, urbanistes, aménageurs, consultants et ingénieurs. Depuis longtemps, ces professions et groupes professionnels sont structurés par les appels à compétences qui traduisent la demande sociale d’expertise, via la commande publique d’études et de conseils. A partir du début des années 2000, l’injonction croissante à intégrer le développement durable dans la fabrique de la ville a ainsi reconfiguré les pratiques, les rhétoriques et les territoires professionnels de ces différents groupes.
Dans ce contexte, notre thèse propose de suivre l’émergence d’un groupe professionnel qui se revendique expert du développement durable dans la fabrique urbaine. Notre propos se base sur une analyse du cas d’une équipe créée au tournant des années 2010 dans une société d’ingénierie française exerçant une diversité de métiers en aménagement (maîtrise d’œuvre d’hydraulique urbaine, études d’hydraulique fluviale, génie civil, etc.). L’entreprise a été fondée sur le modèle des cabinets d’ingénieurs-conseils après-guerre, et constitue une filiale d’ingénierie d’un groupe industriel de services urbains. Notre terrain renvoie donc au cas de l’autonomisation d’un segment professionnel au sein d’un des principaux bureaux d’étude français, alternant entre ingénierie intégrée et autonome.

Nous analysons la trajectoire de professionnalisation de ce groupe qui émerge d’abord comme un segment minoritaire d’ingénieurs sommés de résoudre les difficultés pratiques que cause l’apparition de la durabilité aux métiers traditionnels de l’entreprise. A la suite d’une diversification des profils dans l’équipe, la fonction de support vis-à-vis de l’organisation disparait au profit d’une insertion plus marquée face au marché d’études et de conseils en développement durable dans les domaines de l’urbanisme opérationnel et la planification stratégique. Cette trajectoire s’inscrit dans une stratégie de montée en gamme symbolique et économique vers le monde du conseil.
Notre enquête a été rendue possible par une commande de recherche en CIFRE, suivie de deux ans de pratique professionnelle de l’ingénierie et du conseil en développement durable aux côtés des acteurs. Notre propos repose ainsi sur une enquête ethnographique mobilisant des entretiens semi-directifs, une observation-participante des pratiques professionnelles en situation de travail, une analyse des documents indigènes ainsi qu’un dispositif réflexif sur l’implication du chercheur. Les activités de travail observées ressortent autant du back-office (réponse aux appels d’offre, réunions internes, développement méthodologique, etc.) que du front-office (échanges avec les clients et partenaires au cours des missions).
Cette thèse en études urbaines emprunte à la sociologie des groupes professionnels son cadre d’analyse pour interpréter ce matériau et dégager les différentes étapes et mécanismes d’émergence et de légitimation des experts en durabilité. Notre analyse porte sur la négociation des territoires professionnels du groupe étudié vis-à-vis de trois écologies professionnelles liées de l’ingénierie urbaine : les ingénieristes de l’entreprise d’origine, le marché et l’État, les autres groupes professionnels impliqués dans la fabrique de la ville. Pour chacun d’eux, nous démontrons les cadrages et recadrages de la durabilité au cours des interactions, par lesquels les experts en devenir tentent de légitimer leur utilité professionnelle, leurs savoirs, logiques d’action et stratégies. Les traductions de la durabilité selon ces experts donnent à voir des registres de légitimation variés, voire opposés : les appropriations technicistes et environnementalistes de la durabilité (mise en indicateur, approche calculatoire et modélisatrice), côtoient ainsi une vision davantage transversale et holistique (prise en compte des usagers). Ces différents registres se déploient particulièrement vis-à-vis des fonctions les plus disputées dans la fabrique de la ville : conception urbaine, coordination et synthèse du projet, anticipation de la gestion. La légitimation des experts étudiés repose aussi sur le rôle de pivot qu’ils tentent de tenir entre les différentes écologies de l’ingénierie urbaine, via la diffusion de bonnes pratiques, la réalisation de benchmarks et d’autres dispositifs liés à la circulation croisée dans l’action publique urbaine, à l’heure de la généralisation du développement durable.
En construisant ainsi le développement durable dans la fabrique de la ville, les experts étudiés consolident leur professionnalité hybride - entre héritage de l’ingénierie et horizon du monde du conseil – en négociant leur territoire professionnel avec leurs écologies liées. Les contradictions initiales du développement durable, sur lesquelles portaient les critiques lors de son émergence, sortent renforcées de ces appropriations et circulations.

Mots-clés : Ingénierie - développement durable - conseil – Pratiques professionnelles –– territoire professionnel – écologie professionnelle – fabrique urbaine - aménagement

Terrain

  • Enquête ethnographique dans une société d’ingénierie française multi-métiers en aménagement
  • Observation-participante des pratiques professionnelles d’ingénierie en situation de travail
  • Entretiens semi-directifs avec des acteurs de l’ingénierie, de la commande publique et de l’expertise en aménagement durable
  • Réflexivité sur la pratique professionnelle de l’ingénierie et du conseil en développement durable

Diplômes

  • Diplôme de SciencesPo Lyon valant grade de Master 2 Professionnel, Parcours Action et Gestion Publiques, , Spécialité « Conduite de Projets et Développement Durable des Territoires »
  • Diplôme de Master 2 « Conseil en Développement Territorial » Institut d’Administration des Entreprises, Université Jean-Monnet de Saint-Etienne
  • Diplôme d’Établissement d’Études Européenne Décerné par SciencesPo Lyon (2011)

Publications

  • Publication (acceptée) : « : Standardisation de la conception et sur-mesure organisationnel : la sous-traitance de l’ingénierie urbaine » (avec Nicolas BATAILLE), Revue Les Annales de la Recherche Urbaine, n°113, « La ville standardisée » (à paraitre en 2018)
  • Publication : « Le retour de l’ingénieur-conseil face à l’ambiguïté de la commande publique : les bureaux d’études au secours du monde politique ? » (avec Nicolas BATAILLE), Actes du colloque international « Que font les consultants au monde social ? Propriétés, pratiques et contributions du « conseil » à la construction de la réalité. », Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 20-21/06/2016 (à paraître en 2018)

Enseignements

  • 2017/2018 : Vacations d’enseignement, 12H TD, niveau M2, Cours d’atelier « Dans la fabrique des études urbaines » dans le parcours « Expertise, études urbaines – France, international » du Master Urbanisme, Aménagement et Études urbaines, Université Paris Nanterre
  • 2016/2017 : Vacations d’enseignement, 7H CM, niveau M2 et doctorat 
Organisation et animation d’un séminaire de deux ½ journées intitulé « La thèse : entre recherche et action » dans le parcours « Recherche » de l’École d’urbanisme de Paris, École d’Urbanisme de Paris, Marne-La-Vallée
  • 2016/2017 : Vacations d’enseignement, 3H CM, niveau M2, Intervention « Les thèses CIFRE en SHS : la recherche en funambule » dans le cours « Atelier Recherche-Action » dans le parcours « Expertise, études urbaines – France, international » du Master Urbanisme, Aménagement et Études urbaines
Université Paris Nanterre
  • 2015/2016 : Vacations d’enseignement, 18h CM, niveau L3, Élaboration d’un cours complet pour l’atelier « études de cas en urbanisme » du Magistère Aménagement
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Projets de recherches en cours

  • 2016-2018 : Co-fondateur et animateur du GRINGAU (Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme) :
  • 2016-2018 : Co-animateur du réseau « AC/DD : Approches Critiques du Développement Durable » (Groupement d’Intérêt Scientifique Recherche Habitat Logement (GIS RéHaL) :
  • 2014-2018 : Participation aux axes de recherche de l’UMR LAVUE : « Environnement » (2014-2015) et « FabricationS de l’urbain »

Autres

  • Depuis 2014 : pratique professionnelle des études et du conseil en développement durable en bureau d’études (Missions d’Assistance à maîtrise d’ouvrage : planification territoriale, urbanisme opérationnel ; assistance à maîtrise d’œuvre)
  • Depuis 2015 : Membre actif de l’Association des Doctorants CIFRE en Sciences Humaines et Sociales (ADCIFRE SHS)